Synthèse des connaissances des côtes françaises

fascicule_1Le Cerema publie son premier fascicule de la « Synthèse des connaissances des côtes françaises » traitant du littoral de la côte d’Opale.

Plus de 30 organismes (universités, services de l’État, collectivités, établissements publics, etc.) ont été sollicités entre 2012 et 2017 pour l’écriture et la relecture de cet ouvrage, co-piloté par le Cerema et l’université de Lille.

Le fascicule 1 “Synthèse des connaissances de la frontière belge à la pointe du Hourdel” de la collection “Dynamiques et évolution du littoral” (actualisation du Catalogue sédimentologique) est disponible gratuitement sur la boutique en ligne du Cerema.

 

Advertisements

Parution du Guide de gestion des dunes et des plages associées

2120Fruit de l’expérience de l’ONF dans la gestion des milieux dunaires littoraux, du Cerema
et du BRGM dans la prévention des risques naturels, ainsi que de nombreux organismes
gestionnaires et experts, ce guide présente des outils utiles pour résoudre les problèmes liés à la gestion quotidienne des dunes et des préconisations concernant les plages associées aux cordons dunaires.

Rédigé sous la direction de Loïc Gouguet (ONF), le Guide de gestion des dunes et des plages associées est publié par

les Éditions Quæ
Collection Guide pratique
ISBN 978-2-7592-2481-4, référence 02529

Il est disponible gratuitement au format numérique

 

Impact du Changement Climatique sur les littoraux Aquitains

Quelles connaissances de l’impact potentiel du changement climatique sur les aléas littoraux ?

8 novembre 2017

01b30af7654e19b1fdbf744a348152-c0176

Le BRGM publie un nouveau rapport afin de dresser un état des connaissances de l’impact potentiel du changement climatique sur les aléas littoraux (érosion côtière et submersion marine) en Nouvelle-Aquitaine, avec un focus particulier sur l’ex-région Aquitaine.

Pour en savoir plus …..

 

ATLAS DE LAS PRADERAS MARINAS DE ESPAÑA

La primera obra de ámbito nacional sobre la distribución y el estado ecológico de los bosques sumergidos de nuestras costas ya está disponible en formato digital.

Esta publicación fruto del proyecto del Instituto Español de Oceanografía (IEO), Instituto de Ecología Litoral e IUCN, contribuyendo a su financiación la Fundación Biodiversidad, junto con la colaboración de 84 expertos procedentes de todas las comunidades autónomas costeras tiene especial relevancia al recoger la cartografía actualizada de las praderas marinas, emblemas de la biodiversidad marina. El Dr. Cornelis den Hartog, profesor retirado de la Universidad de Radboud de Holanda, destacó en el acto de presentación el “carisma” de Posidonia oceanica, planta marina endémica del Mediterráneo, considerada el ser vivo más longevo que se conoce y cuyos “bosques”, término más apropiado si nos centramos en su papel ecológico son, por lo tanto, los de mayor antigüedad conocida. La pradera de Posidonia oceanica que cubre unos 700 km2 desde la zona de Es Freus (Formentera) hasta la playa de Ses Salines (Ibiza) está declarada Patrimonio de la Humanidad por la UNESCO por ser una de las mejor conservadas.

Singularidad e importancia ecológica y pesquera se dan la mano en las praderas marinas que debemos conocer, y de ahí la importancia del Atlas, y proteger. Esta obra, de gran belleza, constituye una herramienta imprescindible para científicos, técnicos, administraciones gestoras y ONGs que se dedican a la conservación de nuestro patrimonio natural.

Para descargar el Atlas pinchar en la imagen

prad

Reconduction littorale. Photographies diachroniques du littoral français

27419403662_80c0799a44_k

Un travail de reconduction à partir des photographies du fonds patrimonial de la direction de la Communication des ministères de l’Environnement et du Logement, a été réalisé par Denis Gabbardo, photographe indépendant, à la suite d’une commande du Bureau du littoral et du domaine public maritime naturel au sein de la Direction de l’eau et de la biodiversité du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer.
La partie de son travail présentée ici vise à documenter l’évolution du littoral français en fournissant des éléments de comparaisons photographiques constitués de points de vue historiques re-photographiés.

Le fonds patrimonial des ministères de la Reconstruction, de la Construction, de l’Équipement, s’il représente principalement la reconstruction de la France, ses chantiers, l’urbanisme, l’habitat, le territoire routier et urbain en développement, possède aussi de façon moins connu un ensemble de photographies du littoral français qui nous semble aujourd’hui très utile d’exploiter et de valoriser, dans le cadre plus large de la Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte pilotée par le Ministère de l’Environnement.

Des sites comme Ault ou Lacanau, photographiés respectivement en 1958 et 1961 par Henri Salesse, font partie des sites pilotes métropolitains d’expérimentation de la relocalisation des activités et des biens, qui ont été retenus dans le cadre de l’appel à projet du ministère de l’Environnement lancé en 2013. En respectant dans la mesure du possible les principes qui régissent la reconduction photographique, Denis Gabbardo a photographié ces sites en 2015 selon les mêmes points de vue initiaux.

Ces travaux permettent d’apprécier l’évolution du littoral en termes d’aménagement, d’usage, de caractéristiques environnementales et d’érosion.

DCSMM : L’évaluation initiale des eaux marines est disponible

Bernard-l-ermite_fullsizeCoordonnée par l’Ifremer et l’Agence des aires marines protégées pour le compte du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer (MEEM), la première évaluation initiale du milieu marin a dressé un état des lieux unique en France de l’état des eaux marines métropolitaines.

Un travail d’édition vient d’être finalisé avec le soutien du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer. Les travaux couvrent des domaines extrêmement vastes : de la côte aux abysses, de l’eau à la matière vivante ou aux sédiments, des eaux de surface aux sous-sols, des activités anthropiques (dragage, pêche, tourisme, contaminations…) à l’ensemble du réseau trophique (bactéries, plancton, algues, poissons, mammifères marins…).

« Ce travail, d’une ampleur considérable, rassemble une centaine de documents pour chaque région marine de métropole, plus de 400 cartes et près de 4000 pages de synthèses », précise Jérôme Baudrier, en charge de la coordination de la surveillance au titre de la DCSMM à l’Ifremer.

L’évaluation initiale est accessible sur les pages web DCSMM de l’Ifremer, hébergées sur le site Ifremer Sextant.

Ces travaux ont conduit à développer la bancarisation de nombreuses données et à une cartographie des résultats, accessibles sur le même site internet.

Winter storms the most energetic to hit western Europe since 1948, study shows

A research led by Plymouth University in conjunction with scientists from the Centre National de la Recherche Scientifique, l’Université de Bordeaux, l’Institut Universitaire Européen de la Mer and Ulster University has shown that :

The repeated storms which battered Europe’s Atlantic coastline during the winter of 2013/14 were the most energetic in almost seven decades.

xlarge_Waves_at_Chesil_Beach_in_Dorset_February_2014._Credit_Richard_Broome

And they were part of a growing trend in stormy conditions which scientists say has the potential to dramatically change the equilibrium state of beaches along the western side of the continent, leading to permanent changes in beach gradient, coastal alignment and nearshore bar position.

In a study accepted for publication in Geophysical Research Letters, a journal of the American Geophysical Union, researchers compared modelled and measured data from sites across Scotland, Ireland, England, France, Portugal, Spain and Morocco, and showed the extreme weather conditions were the most energetic since at least 1948.

https://www.plymouth.ac.uk/news/winter-storms-the-most-energetic-to-hit-western-europe-since-1948-study-shows

 

 

“Entre Mer et Terre”film CNRS/BRGM

terre et merEnviron 27 % des côtes françaises métropolitaines sont en érosion. CNRS Images et le BRGM ont coproduit un documentaire de 52 minutes sur le recul du trait de côte et ses enjeux intitulé « Entre mer et terre ». Ce film fait le point sur la problématique de l’érosion du littoral et du recul du trait de côte en France métropolitaine.

La vulnérabilité des zones côtières face à l’érosion est devenue particulièrement importante ces dernières années. Avec une partie croissante de la population française et mondiale qui vit sur le littoral ou à moins de 25 km, de nouvelles problématiques sociétales se posent.

La France compte trois types d’environnements littoraux : les estuaires, les falaises et les plages de sable. La morphologie de ces environnements étant extrêmement différente, les processus qui sont à l’origine de leur évolution et de leur érosion, sont également divers. Dans les années 70, des protections en dur ont été installées pour fixer le trait de côte, mais ces installations n’ont pas toujours été efficaces et ont parfois déplacé le problème ailleurs. Aujourd’hui, d’autres techniques plus souples sont envisagées et d’autres technologies sont testées.

C’est ce qu’étudient des dizaines de chercheurs d’organismes différents, dont le CNRS, le BRGM, le CNES et le SHOM. A l’aide d’outils et d’approches complémentaires, ils tentent de caractériser et de comprendre les mécanismes qui régissent l’évolution de la limite territoriale qu’est le trait de côte, observée sur le long terme. Devant les risques et les enjeux actuels, les chercheurs échangent avec les élus et la population pour trouver la réponse la mieux adaptée à la complexité des phénomènes et à leurs particularités locales.

Pour en savoir plus :

Fiche détaillée + film